MÉDITATION DU 24 AVRIL 2022

MÉDITATION
DU 24 AVRIL 2022

 

Lecture :
Éphésiens 2.11-13

 

Paul est passé des
catégories morales [Éphésiens 2.1-10] aux catégories ethniques [Éphésiens
2.11-22]. Au début du chapitre, Paul avait mentionné que les Juifs étaient
autant pécheurs que les païens et donc, aussi perdus. Les Juifs avaient reçu
beaucoup [Romains 3.2 ; 9.4], mais tant que la nature de l’homme n’est pas
changée, le péché et ses conséquences demeurent. Nous devons tenir compte de
cette réalité en lisant la suite de l’épître.

 

Les chrétiens
d’origine païenne doivent se rappeler leur passé sans Dieu. La situation
n’était pas enviable. Juste le fait d’être païen est terrifiant. C’était être
en dehors du peuple de l’alliance. C’était être né dans une nation sans
espérance. La seule nation dont Dieu prenait soin, la nation juive, méprisait
les païens. Tout était noir.

 

Paul ajoute que
les païens étaient sans Christ, c'est-à-dire que le Sauveur ne leur avait été
ni révélé ni promis. Ils étaient privés du droit de cité en Israël. Puisque
c’est à Jérusalem que Dieu faisait résider son nom, être privé de cette ville signifiait
être privé de toute possibilité de communion avec le seul vrai Dieu.

 

Les païens étaient
aussi étrangers aux alliances de la promesse, ces alliances qui annonçaient la
nouvelle alliance en Jésus-Christ. En résumé, les païens étaient sans espérance
et sans Dieu dans le monde.

 

Paul affirme
subtilement que les Israélites ne sont pas dans une meilleure posture. Ils sont
circoncis, mais que dans la chair [Éphésiens 2.11] alors que le Seigneur avait
clairement affirmé dans l’Ancien Testament qu’il voulait des cœurs circoncis
[Deutéronome 10.16 ; 30.6 ; Jérémie 9.25]. Ceux qui se fiaient sur la
circoncision dans la chair étaient perdus comme les païens.

 

Paul présente un
contraste que le « mais » fait ressortir. L’autrefois du verset 11
laisse place à un maintenant au verset 13. Le salut en Jésus-Christ s’adresse
aux païens aussi et non seulement aux Juifs.

 

Au verset 13, Paul
ajoute que les païens convertis ont accédé aux promesses jusque-là adressées
aux Juifs, ce qui sera développé dans les versets suivants. Ces promesses
avaient connu un accomplissement terrestre et temporaire. En effet, le peuple
juif a reçu le pays promis, mais la possession était conditionnelle à leur
obéissance. Ils ont perdu ce pays.

 

Mais là n’était
pas la vraie promesse. Ce pays n’était qu’une maquette, un croquis du véritable
projet qui est la nouvelle création. Tous les chrétiens reçoivent les mêmes
promesses éternelles, la vie éternelle sur la nouvelle terre, sous les nouveaux
cieux.

 

Et déjà, nous goûtons
à certaines promesses. Nous ne sommes plus loin des choses de Dieu. Nous avons
accès à Dieu non pas dans un temple où Dieu se tient à l’écart dans le lieu
très saint, mais où nous avons accès à Dieu en passant par son Fils [Hébreux 9.8].
À nous maintenant de goûter à cette proximité avec Dieu.

 

Seigneur Dieu,
quel réconfort. Tu es vraiment le Dieu de notre salut. Merci de nous avoir pris
en main et d’assurer notre éternité. Amen !

 

Chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCrO25AbIgFO-RFzdpicwQGA

 

Site internet :

https://erbdrville.com/

 

Page Facebook :

https://www.facebook.com/ERBDRVILLE

Daniel Durand, pasteur

Église réformée baptiste de Drummondville

A lire également