MÉDITATION DU 3 AOÛT 2021

MÉDITATION DU 3 AOÛT 2021

Lecture : Marc 14.47

L’apôtre Jean dévoile le nom de celui qui a tranché l’oreille du serviteur du souverain sacrificateur. Il s’agit de Pierre (Jean 18.10). Ce dernier est toujours dans cette pensée prétentieuse qu’il va suivre Jésus partout jusqu’à mourir pour lui. Pierre ne quitte pas ses pensées charnelles. Il prend une arme pour empêcher les gardes de capturer Jésus.

Je ne suis pas certain que la réponse de Jésus puisse servir d’appui contre le port d’arme alors que si Pierre a une épée sur lui, c’est justement parce que Jésus l’avait commandé (Luc 22.35-38).

Ce qui est certain est que Jésus réprimande Pierre parce que ce dernier veut empêcher Jésus de mourir (Matthieu 26.54). Et pourtant, Jésus l’avait déjà admonesté pour cette idée en lui disant « Arrière de moi Satan, tu es pour moi un scandale, car tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes » (Matthieu 16.23). Alors que Pierre était un disciple, il voulait parfois diriger comme s’il était le maître.

Matthieu rapporte une réponse plus complète de Jésus qui avait aussi dit que s’il le voulait, il n’aurait qu’à invoquer son Père qui lui donnerait sur le champ plus de douze légions d’anges (Matthieu 26.51-53).

Une légion équivalait à 6000. Douze légions aurait consisté à une légion pour défendre Jésus, et les onze disciples (on exclut évidemment Judas), aurait aussi eu chacun une légion d’anges pour les protéger.

Marc demeure concis sur le récit mais Luc donne des détails importants. Jésus a guéri l’oreille du serviteur.

Frères et sœurs. Il arrive (mais pas toujours) que le Seigneur répare nos erreurs. Nous ne devons cependant pas compter sur cela pour prendre à la légère nos agissements.

C’est impressionnant de voir que ceux qui ont assisté à ce miracle, à commencer par le miraculé, n’ont pas fléchi le genou devant la puissance et la compassion du Christ.

Cette guérison avait aussi fort probablement comme but de protéger Pierre. S’en prendre à la force de l’ordre encourait une peine, un châtiment. En guérissant le monaut, Jésus a évité à Pierre les conséquences juridiques de son geste.

Du début à la fin, Jésus dirige les événements. Ce qui est décrété se produit. Jésus est résolu à aller à la croix sans aucune résistance.

Seigneur Dieu, nous nous inclinons devant ta sagesse parfaite. Merci de nous avoir donné des oreilles pour entendre, des yeux pour voir, afin que nous fléchissions le genou devant Jésus-Christ, le Roi des rois. Amen !

Daniel Durand
pasteur de l’Église réformée baptiste de Drummondville

A lire également