MÉDITATION DU 26 MARS 2024

26 MARS 2024

 

Lecture : Genèse
42.14-20

 

Joseph monta tout
un scénario afin d’amener Benjamin en Égypte. Joseph aurait très bien pu de
faire reconnaître par ses frères et célébrer les retrouvailles. D’autant plus
que les songes s’étaient accomplis. Que manquait-il pour célébrer ? Mais le
temps n’était pas venu.

 

Joseph éprouva ses
frères. Le sens du verbe hébreu traduit par éprouver comporter l’idée de sonder.
L’épreuve permet de savoir, de vérifier ce qu’il y a dans le cœur de l’individu.
Joseph voulait savoir où en étaient ses frères, s’ils avaient toujours la même
disposition qu’ils avaient lorsqu’ils l’ont vendu aux Ismaélites.

 

Joseph mit ses
frères en prison. Alors que Joseph avait passé environ trois années au cachot,
ses frères n’y séjournèrent que trois jours. Encore une fois, il n’y a pas lieu
de parler de vengeance.

 

Dès leur sortie,
Joseph rassura ses frères en leur disant qu’il craint Dieu. Cette affirmation
implique l’engagement d’agir avec droiture et justice. Autrement dit, ce que
Joseph fait, il le fait d’abord devant Dieu.

 

Le but de toute
cette mise en scène était que Benjamin, le petit frère resté avec son père
Jacob, fasse le voyage pour se rendre en Égypte. Joseph avait certainement hâte
de revoir son petit frère. Mais pourquoi une telle emphase sur Benjamin alors
que Joseph n’exprime aucun empressement pour revoir son père ?

 

Il semble que la
réponse soit la suivante. Joseph a élaboré tout un scénario. Il voulait amener
Benjamin en Égypte. Puis, lorsque ce dernier s’y trouverait, il voulut placer
ses frères dans une situation similaire à celle que lui-même avait traversée treize
années plus tôt.

 

Joseph voulut voir
si ses frères allaient abandonner à nouveau l’un des leurs à une nation
païenne. Toute cette mise en scène était une reconstitution des faits où
Benjamin prit la place de Joseph. C’est un éclair de génie de la part de Joseph
que seule la direction de Dieu peut expliquer.

 

Ceci dit, la
reconstitution que Joseph planifia visait un but plus élevé. Par celle-ci, Joseph
s’assura que soit manifeste la disposition de ses frères. Si, pour sauver leur
peau, ils abandonnaient Benjamin aux mains des Égyptiens, c’est qu’ils n’avaient
pas changé. Ils répéteraient le péché commis envers Joseph treize ans plus tôt.
Par contre, s’ils plaidaient en faveur de Benjamin, c’est qu’ils avaient compris
leur faute. Ceci nous montre qu’une repentance doit être manifeste bien au-delà
des mots.  

 

Frères et sœurs,
nous devons rendre grâce au Seigneur de nous avoir donné la repentance [2
Timothée 2.25]. Sans cette transformation profonde et radicale, nous ne nous
serions jamais tournés vers le Seigneur pour être sauvés.

 

Merci Seigneur
parce que c’est toi qui opères tout ce dont nous avons besoin pour notre salut.
Tu nous donnes la repentance, la foi et la persévérance. Gloire te soit rendue.
Amen !

 

Daniel Durand, pasteur de l’Église réformée baptiste de
Drummondville

 

Chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCrO25AbIgFO-RFzdpicwQGA

 

Site internet :

https://erbdrville.com/

 

Page Facebook :

https://www.facebook.com/ERBDRVILLE

 

Faire un
don :

https://www.zeffy.com/fr-CA/donation-form/bb6e6258-b870-4909-8af2-0d1f914cca2f



 

Daniel Durand, pasteur

Église réformée baptiste de Drummondville

A lire également