MÉDITATION DU 14 FÉVRIER 2023

14 FÉVRIER 2023

 

Lecture : Juges
20.18-25

 

Les Israélites se
préparent à combattre les Benjaminites afin de punir les hommes de Guibea qui
ont agressé sauvagement la femme du Lévite. Le Seigneur affirme que c’est la
tribu de Juda qui doit être au front pour combattre.

 

Les Israélites se
croyaient forts au début avec ses 400 000 soldats [Juges 20.17], estimant
le camp ennemi à 700 hommes [Juges 20.16], mais avec tous les hommes de la
tribu de Benjamin, ils sont finalement 26 700 [Juges 20.15]. Ce n’est plus
la même situation. La supériorité est encore très élevée en faveur des
Israélites mais ils ont sûrement encore à la mémoire la victoire de Gédéon qui,
avec 300, a battu l’ennemi pourtant beaucoup plus nombreux [Juges 7.7].

 

On s’attend à ce
que les Israélites remportent la victoire puisqu’ils ont consulté le Seigneur qui
leur a donné la consigne de placer Juda en premier. Mais c’est le contraire qui
se produira pour les deux premières confrontations. Les Israélites vont effectivement
perdre coup sur coup 22 000 [Juges 20.21] puis 18 000 combattants [Juges
20.25]. Comment comprendre que les Israélites perdent de façon humiliante ces
affrontements alors qu’ils avaient consulté l’Éternel ?

 

La première raison
est que cette consultation n’a pas eu lieu au début mais uniquement lorsque les
circonstances n’allaient pas selon ce qu’ils avaient pensé. En effet, alors que
la tribu de Benjamin aurait dû se rallier aux autres tribus pour combattre la
ville de Guibea où des hommes avaient abusé une femme durant toute une nuit,
les Benjaminites refusent ce combat et sont même prêts à prendre les armes pour
combattre les Israélites. Ce n’est que lorsqu’ils sentent la soupe chaude qu’ils
se tournent vers le Seigneur.

 

Mais surtout, les
Israélites méritaient eux aussi le jugement. Les Israélites affirmaient, avec
raison, que les Benjaminites méritaient le jugement de Dieu en raison de leur
complicité avec les habitants de Guibea. Mais les Israélites avaient eux aussi
commis un péché semblable. Ils n’ont pas traité le péché du Lévite avec sa
femme. Ils ont organisé un procès bâclé et ils ont pris sa part.

 

Leurs défaites
constituent l’affirmation que leur place n’était pas d’abord d’être les témoins
qui déposent des accusations contre les Benjaminites. Leur place était plutôt
dans le banc des accusés et ils méritaient la punition qu’ils voulaient
infliger aux Benjaminites. Cette histoire rappelle la parabole de la paille et
la poutre [Matthieu 7.2-5].

 

Frères et sœurs,
nous devrions nous examiner davantage que nous examinons les autres. Nous
devons commencer par nous reprendre nous-mêmes. Ainsi, nous serons mieux placés
pour reprendre notre frère, notre sœur qui s’est égaré.

 

Père éternel,
montre-nous nos péchés, donne-nous de nous examiner honnêtement, sanctifie-nous
pour ta gloire. Amen !

 

Daniel Durand, pasteur de l’Église réformée baptiste de
Drummondville

 

Chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCrO25AbIgFO-RFzdpicwQGA

 

Site internet :

https://erbdrville.com/

 

Page Facebook :

https://www.facebook.com/ERBDRVILLE

Daniel Durand, pasteur

Église réformée baptiste de Drummondville

A lire également