MÉDITATION DU 16 JANVIER 2023

16 JANVIER 2023

 

Lecture : Juges
13.1-2

 

Le premier verset
nous rappelle que le problème en Israël n’était pas les nations environnantes
païennes mais le péché des Israélites. Il y a toujours un lien entre leur péché
et l’abandon aux mains des ennemis.

 

Alors que les 12
premiers chapitres suffisent à raconter l’histoire de 5 juges majeurs, en plus
des mentions des 6 juges mineurs, les chapitres 13 à 16 se concentrent
uniquement sur la vie de Samson. Il s’agit du dernier juge en Israël dont le
ministère nous est raconté dans ce livre. Samuel, qui fut aussi juge, en est
absent [cf. 1 Samuel 7.15].

 

Les juges
précédents avaient leurs histoires familiales. Jephté n’avait qu’un seul
enfant, une fille qui n’a jamais enfanté. Il n’a donc pas eu de descendants. Deux
des trois juges mineurs qui lui ont succédé ont eu une belle descendance. L’histoire
de Samson débute par la stérilité de sa mère.

 

Dans l’ancienne
alliance, la stérilité était considérée comme une malédiction [Lévitique
20.20-21]. En ayant un enfant, la mère de Samson entre dans le glorieux cortège
de femmes stériles à qui le Seigneur a permis d’enfanter. Ça vaut la peine de
les nommer : Sara, épouse d’Abraham, Rachel, épouse de Jacob, Anne, mère de
Samuel, et finalement, Élisabeth, la mère de Jean-Baptiste.

 

La stérilité
rappelle que l’être humain ne peut accomplir l’alliance. Il a besoin d’une
intervention de Dieu. Sans Dieu, c’est la mort. Mais aussi, la stérilité
obligeait les femmes qui en étaient frappées, ainsi que les maris, à se tourner
vers le Seigneur pour avoir une progéniture. En cela, Zacharie et Élisabeth
furent des exemples [Luc 1.7, 13].

 

L’importance
d’enfanter était d’autant plus considérée que le peuple juif attendait le messie,
la descendance victorieuse [Genèse 3.15]. C’est Jacob qui apprit à ses enfants
que le messie adviendrait par la lignée de Juda [Genèse 49.8-12].

 

La question se
pose à savoir pourquoi tout ceci n’arrive qu’au dernier juge du livre. La
réponse est que le but de l’auteur est de montrer au peuple la nécessité
d’avoir un roi selon Dieu. Plus on avancera dans le livre, plus l’auteur le
rappellera [Juges 17.6 ; 18.1 ; 19.1 ; 21.25].

 

À travers le
dernier juge, le Seigneur montre avec force, autant par la conception
miraculeuse de Samson que par la puissance physique du juge, qu’il est le Dieu
de l’histoire et qu’il intervient dans sa toute-puissance.

 

En démontrant le
besoin vital d’un roi, le Seigneur préparait le peuple juif à la nécessité du
messie. Par conséquent, c’est dans l’optique de l’attente messianique que nous
devons apprécier ce livre.

 

Père éternel, je
te prie pour ceux qui ne te connaissent pas encore réellement, qui ne t’ont pas
consacré leur vie, afin que tu leur montres leur besoin d’être pardonnés et
réconciliés avec toi sur la base de l’œuvre de ton Fils à la croix.

 

Et pour nous,
chrétiens, rappelle-nous constamment que Jésus-Christ règne sur nos vies et
dans ce monde. Amen !

 

Daniel Durand, pasteur de l’Église réformée baptiste de
Drummondville

 

Chaîne YouTube :

https://www.youtube.com/channel/UCrO25AbIgFO-RFzdpicwQGA

 

Site internet :

https://erbdrville.com/

 

Page Facebook :

https://www.facebook.com/ERBDRVILLE

Daniel Durand, pasteur

Église réformée baptiste de Drummondville

A lire également